BLOGUE

Comment bien choisir vos chaussures de course?

Comment bien choisir vos chaussures de course?

Suite à une formation offerte par la clinique du coureur intitulée : «Nouveautés dans la prévention des blessures en course à pied» par Blaise Dubois, j’ai voulu bonifier l’article «Les règles de bases en course à pied» écrit préalablement sur le blogue d’Élite Factor.

Je vais aborder, dans le billet suivant, le choix de la chaussure de course. Je souhaite vous sensibiliser sur l’importance d’acheter des souliers adéquats puisque ceux-ci vous permettront de minimiser significativement vos risques de développer des blessures liées à la pratique de la course. Bonne lecture!

De nos jours, l’industrie de la chaussure offre une panoplie de choix. Il existe des souliers maximalistes, des minimalistes et des «entre deux».

Les souliers maximalistes (Image 1), sont les plus nombreux sur les étagères. Ils se reconnaissent par une semelle épaisse, rigide, instable et un «drop» prononcé (écart d’épaisseur entre le talon et l’avant pied du soulier, Image 2)

De plus, la présence de technologies de contrôle de la pronation, une forme qui ne respecte pas la morphologie du pied (Image 3) et leur poids considérable sont aussi des critères importants de ces chaussures.

Les souliers minimalistes (Image 4), pour leur part, sont caractérisés par une semelle mince et flexible, un «drop» qui se rapproche de zéro et une absence de technologie de contrôle de la pronation. De plus, ils possèdent généralement une forme anatomique (Image 5) et leur légèreté comparativement aux maximalistes est considérable.

Les «entre deux» (Image 6) sont des chaussures qui possèdent certains caractères des minimalistes et des maximalistes.

 

Vers quel(s) modèle(s) se tourner afin de minimiser nos risques de blessures?

Des études ont démontré que le port d’une chaussure influence la technique de course. Une pose talon est souvent adopté lorsqu’un soulier maximaliste est utilisé tandis qu’une pose avant pied est généralement associé à la course pieds nus (Image 7). La course avant pieds étant protectrice pour les articulations des genoux, des hanches et du dos, il est alors préférable pour tous d’opter pour un soulier qui se rapproche du pied nu… notre choix devrait donc s’arrêter sur le soulier minimaliste à quelques exceptions près!

Un joggeur qui a toujours couru en maximaliste et qui ne présente aucune blessure devrait continuer sa pratique avec ce soulier. De plus, le minimaliste sollicitant plus les structures aux pieds et aux avant-jambes, ne devrait pas être utilisé pour une personne qui a une blessure aigue à ces endroits. Celle-ci devrait opter pour un soulier maximaliste dans un but de protection, mais seulement pour une courte période.

Le minimaliste est fortement suggéré pour les personnes avec un embonpoint, les enfants, les blessures chroniques et les personnes qui souhaitent améliorer leurs performances à la course. Les personnes avec un excédent de poids sont plus à risque de développer des blessures aux genoux, aux hanches et au dos. Alors, il ne faut en aucun cas leur mettre un gros soulier dans les pieds qui va les rendent encore plus à risque de blessure à ces endroits.

Les enfants tant qu’à eux ont besoin, durant leur développement, de stimuler des adaptations osseuses par le biais du pied nu. Les blessures chroniques, elles, n’ont plus besoin d’être protégées car il faut réhabituer le corps à tolérer progressivement des impacts avec un soulier plus mince.

Finalement, tous les coureurs qui souhaitent améliorer leur chronomètre devraient tendre vers le minimaliste car une diminution du poids en périphérie, soit un soulier plus léger, amène à elle seule une économie d’énergie qui permet de faire un meilleur temps avec une même condition physique.

Caractéristiques sur lesquelles s’attarder afin de faire un bon choix de soulier minimaliste:

  • Forme anatomique (Afin de ne pas déformé votre pied / prévenir l’hallux valgus);
  • «Drop» se rapprochant d’un nul (Afin d’avoir une pose naturelle au sol);
  • Semelle flexible et mince;
  • Chaussure légère (Optimale pour les performances).

Je tiens à préciser que le prix du soulier n’est pas un guide efficace afin de sélectionner un soulier approprié.

Cependant un gros bémol s’applique concernant la transition d’une chaussure plus maximaliste vers une plus minimaliste : une progression lente doit être faite afin d’éviter de se blesser lors de la transition. Cela implique, qu’une minute de course de plus par entrainement soit réalisé avec la nouvelle chaussure minimaliste et le reste du temps d’entrainement doit être fait avec l’ancienne chaussure.

De surcroît, plus le changement de soulier sera drastique, soit que l’on passe d’un soulier très maximaliste à un très minimaliste, plus le temps d’adaptation est lent!

Passer du soulier initial au pied nu peut représenter une période d’environ 12 mois (Figure 1).

Afin d’assurer une transition réussie, n’hésitez pas à me contacter à info@elitefactor.ca pour planifier votre course et vos changements de souliers. Cet investissement va probablement, sur le long terme, vous éviter une blessure!

Bonne course!